Croyance limitante…quand tu nous tiens!

Attention séance confidence pour introduire un nouveau sujet, vous l’aurez compris, celui des croyances limitantes.

Ceux qui ont lu mon « A Propos » savent qu’au-delà de la rédaction d’articles de développement personnel par les sciences,  je suis également coach de vie & coach professionnelle. Jusque là tout va bien… sauf quand on aborde la question de l’âge. Car oui pour certains (attention croyance limitante droit devant !) avoir la trentaine semble être trop jeune pour exercer ce métier.

Alors je me pose la question : de quoi s’agit-il au juste ? de maturité ? de vécu ? ou les 2?

Si nous suivons ce raisonnement, il serait donc établit que le vécu se mesure aux nombres d’années passées sur Terre (ah bon ?!) et que ce n’est qu’à un certain âge et seulement à ce moment-là que l’ensemble de l’humanité devient mature, sage et peut prétendre avoir suffisamment de « bagages » et ainsi détenir les outils nécessaires pour écouter les autres et se permettre de leurs prodiguer le suivi adéquat ?

Que faites-vous alors de ces jeunes qui nous donnent des leçons de vie alors qu’ils n’ont même pas atteint la 20aine ?

Malala Yousafzai par exemple ? activiste pakistanaise qui s’est battue pour le droit à l’éducation des femmes et qui a, par son combat, reçu du haut de ses 19 ans le Prix Nobel de la paix !

Et Anne Frank ? Réfugiée à 13 ans dans l’annexe d’une entreprise pendant deux années durant lesquelles elle relate dans un journal son vécu. Décrite comme le travail d’un esprit mûr et perspicace, l’œuvre a été traduite en plus de 70 langues, vendue à 30 millions d’exemplaires et donné lieu à des pièces de théâtre ainsi qu’à des films.

Qu’en est-il d’Eckhart Tollé ? Maître spirituel à l’origine de nombreux best-seller, a vécu une profonde transformation spirituelle à l’âge de 29 ans qui lui fit prendre un tournant radical à sa vie. Aujourd’hui il enseigne ses découvertes dans le monde entier.

Des exceptions qui confirment la règle me direz-vous ?

Des exceptions qui deviennent alors de plus en plus nombreuses, puisque le magazine Forbes  publie chaque année, depuis 2012, la liste des « Under 30 », ces jeunes talents qui font bouger les choses dans tous les secteurs. Et l’inverse est tout aussi vrai puisque si le fondateur de Facebook a commencé son projet à 19 ans, celui de Coca-Cola en avait 55. Conclusion ? Il n’est jamais ni trop tôt ni trop tard pour réussir. L’âge pour entreprendre n’est inscrit nulle part si ce n’est dans nos têtes.

En effet, certains sages disent qu’il « existe plusieurs prisons dans la vie: celles qui sont physiques et qui nous enferment derrière des barreaux et celles, mentales, qui nous enferment derrière nos croyances limitantes ». La PNL (programmation neuro-linguistique) en distingue trois grandes catégories : le désespoir, l’impuissance et la dévalorisation et en voici un petit échantillon:

C’est trop tard pour commencer la médecine ! pour changer de métier ! J’ai plus l’âge pour m’amuser ! Je suis comme je suis c’est trop tard pour changer ! Je suis trop timide pour aller vers les autres ! Je ne suis pas assez créative ! J’ai déjà tout essayé…

Jusqu’à quand ces croyances « limitantes » (nous ne parlons pas de croyances religieuses.) vont-elles vous guider dans votre vie, dans vos prises de décisions et dans vos possibilités de vivre de nouvelles expériences ?

Il est important de rompre le cercle vicieux induit forcément par ces croyances limitantes en les remplaçant par des croyances aidantes.

Une croyance qui n’est pas challengée devient réalité. Martin Latulipe coach et conférencier

Mais avant de passer à l’action comprenons déjà d’où viennent-elles ?

Nos croyances seraient en grande partie dues au « formatage » réalisé pendant notre période CGN (conception-grossesse-naissance) puis lors de notre enfance et plus tard par notre environnement et nos expériences.

Pour s’en défaire? voici quelques billes … L’idée étant de vous isoler et de réfléchir au calme aux:

« Trois passoires de Socrate » pour creuser cette croyance:

-Votre croyance repose-t-elle sur une vérité ? Sur quelle preuve affirmez-vous cela ?

-Est-ce que cette croyance vous apporte des satisfactions, des résultats positifs ou des émotions agréables?

-Est-elle utile ? Est-ce que cette croyance vous aide à atteindre un ou des objectifs ?

Si vous avez répondu oui aux trois questions, conservez votre croyance.

Sinon continuons l’expérience de transformation avec les exercices suivants :

Chercher des exemples inspirants qui vont à l’encontre de cette croyance

Ne vous sentez-vous pas pousser des ailes et reboosté à bloc quand vous lisez des citations nourrissantes, revigorantes ou encore des histoires inspirantes ?

Il faut que l’imagination prenne trop pour que la pensée ait assez. Il faut que la volonté imagine trop pour réaliser assez. Gaston Bachelard

Comment expliquer un tel effet sur notre cerveau ? `

L’inspiration est un processus de l’inconscient. Michel Bourguignon, chercheur au service de médecine nucléaire de la faculté d’Orsay, affirme que les états d’inspiration et de créativité, mais aussi du bonheur, seraient induits par une synchronisation neuronale : tout se passe comme si, soudain, les neurones se synchronisaient dans la transmission en pulsant à la même fréquence pour provoquer un «déclic créatif».

Je vous laisse vérifier cela de vous-même à la lecture de ces parcours :

  • Thomas Edison :Congédié de deux emplois et accablé « d’être trop stupide pour apprendre quoi que ce soit, » fit l’invention de l’ampoule électrique contemporaine. Cette invention fut le fruit d’un acharnement  venant à bout de 1 000 tentatives infructueuses.
  • Oprah Winfrey :a dû faire face à une enfance difficile et à un enchainement d’échecs professionnels en étant qualifié « d’inapte pour la télévision par ses pairs ».
  • Elvis Presley, « il n’aura jamais d’avenir dans la musique et il ferait mieux de conduire un camion » lui disait-on. « Sa détermination conjugué à son talent l’ont porté au firmament pour l’éternité. »

Imaginez votre réussite

Essayez de vous visualiser en train d’atteindre votre but. Imaginez-vous le scénario positif, avec vous dedans. Cela ne vous rappelle pas un concept connu ?

L’effet P-L-A-C-E-B-O. Il réaliserait à lui seul 35% de l’effet positif de n’importe quel médicament juste avec l’imagination. La personne croit en sa guérison, le médicament n’est alors que le support de cette pensée.

Cette « imagination créatrice » se trouve être plus dominante dans l’hémisphère droit du cerveau. Elle travaille sur l’inconscient en l’aidant à déterminer et activer les paramètres de son bien-être. A force, l’image, qui est auto-suggère, s’imprime dans l’inconscient et est accepté à titre de « vérité », car celui-ci ne fait aucune différence entre l’expérience réelle et l’expérience intensément imaginée.

Le coaching

S’avère être  une approche très efficace pour reprogrammer ses croyances car sa méthode permet:

  • l’évaluation de la situation actuelle de la personne (son système de croyances actuel)
  • la définition d’objectifs de changement positif (son nouveau système de croyances positives)
  • la mise en place et la planification de nouvelles options de fonctionnement
  • l’évaluation des apports de ces changements contribuant à renforcer le nouveau système de croyance

Pour finir je vais clore avec la parenthèse ouverte en introduction : qu’il ait 30 ou 50 ans, si le coach en question, s’il n’est pas doté d’un vrai sens de l’écoute (verbal ou non), ou que la technique d’un questionnement performant n’est pas maîtrisée, l’âge n’y changera rien. Car le coaching c’est avant tout un ensemble de compétences à maîtriser, de la volonté et de la détermination. Elles sont là les clés de la performance !

 

Laisser un commentaire